Les Navettes du Giffre exploitées par Autocars Jacquet

Publié le 12 février 2024
Autocars Jacquet - Bus
Autocars Jacquet - Geolite application conducteur
Autocars Jacquet - Geolite Back office

Autocars Jacquet est une entreprise familiale basée à Marnaz, spécialisée dans le transport de voyageurs en Haute-Savoie.

Grâce à un appel d’offres remporté fin 2023, les Autocars Jacquet exploite désormais le réseau des Navettes du Giffre pour le compte de la Communauté de communes des Montagnes du Giffre. Ces navettes hivernales gratuites sillonnent le territoire de Sixt-Fer-à-Cheval à Châtillon-sur-Cluses en passant par Samoëns.

La société de transport s’est dotée de notre SAEIV Geolite pour un meilleur suivi en temps réel de sa flotte et pour une expérience client voyageur optimale avec la mise en place d’une application voyageur. Les conducteurs disposent également d’un système de guidage GPS et d’un planning de courses intégrés au SAEIV.

Pour l’occasion, nous avons pu échanger avec Julie Belouet, Responsable commerciale et marketing des Autocars Jacquet.

 

Autocars Jacquet - Les Navettes du Giffre

LE RETOUR D’EXPÉRIENCE DE JULIE, RESPONSABLE COMMERCIALE AUX AUTOCARS JACQUET

Julie, peux-tu présenter ?

Bien sûr, je m’appelle Julie Belouet. Je suis la responsable commerciale et marketing de l’entreprise Autocars Jacquet depuis 2020.

Peux-tu m’en dire plus sur l’entreprise et son histoire ?

Autocars Jacquet est une entreprise familiale, une entreprise qui a été créée il y a presque cinquante ans, par Louis Jacquet, grand-père de Julien Jacquet qui est le président actuel. Quelques années après sa création, elle a été reprise par le père de Julien, Michel Jacquet qui a été à la tête de l’entreprise avec son épouse pendant plusieurs décennies. C’est en 2020, à la retraite de son père que Julien a repris la gestion de l’entreprise.

L’entreprise a-t-elle été créée par passion ou était-ce un besoin existant déjà à l’époque ?

Ni l’un ni l’autre en fait. La petite histoire, c’est qu’à l’époque, Louis Jacquet avait acheté un ancien corps de ferme, au Reposoir, un petit village situé à dix kilomètres du dépôt. Dans le hangar, il y avait un car ancien, qu’il a complètement retapé pour créer une ligne entre le Reposoir et le marché de Cluses. Un franc succès et de fil en aiguille, on a commencé à faire un petit peu de scolaire.

Par la suite, quand Michel Jacquet a repris, l’entreprise a commencé à se développer, se structurer et on s’est mis à effectuer plusieurs services occasionnels, touristiques et des services aux scolaires. Et l’entreprise continue son développement depuis la reprise par Julien en 2020.

Quelle est la plus grosse activité à l’heure actuelle ?

Aujourd’hui, on distingue les activités régulières, qui sont contractuelles comme les services scolaires ou les lignes régulières. Ça représente à peu près 60% de notre chiffre d’affaires. Les 40% restants correspondent à de l’activité occasionnelle et touristique par exemple, du transport de personnel, des transferts aéroport pour des groupes, des prestations transport pour des séminaires…

Ce sont des activités qui sont des demandes ponctuelles mais qui pèsent aujourd’hui pour 40% du chiffre d’affaires.

Et en termes de périmètre d’activité, vous agissez donc à plus grande échelle ?

On est amené à rayonner sur l’ensemble du département et parfois même à l’échelle de la Région mais ce qui nous tient à cœur, c’est d’être présent aux alentours du dépôt, sur le secteur où on a toujours été présent, là où on est implanté.

On ne cherche pas à s’implanter à 200 kilomètres du dépôt ni même à couvrir un trop grand périmètre, ce n’est pas l’ambition de l’entreprise.

J’imagine que vous n’êtes pas les seuls sur le marché du transport dans la région. Chacun y trouve son compte ?

Oui, oui, on est loin d’être le seul transporteur. Je pense que la région et le département sont suffisamment grands pour tous les professionnels du secteur.

Il y a du travail pour tout le monde.

Oui, voilà, sincèrement, je pense qu’il y a du travail pour tout le monde. Aujourd’hui, on est un peu tous confrères et finalement un peu tous concurrents à la fois. Dans certains cas, sur certains marchés qui couvrent un territoire important, on peut être amené à répondre en groupement ou faire appel à la sous ou co-traitance.

De combien de véhicules disposez-vous dans votre flotte ?

Toutes activités confondues ? Et tous types ? On a de tout, du van à l’autocar et l’autobus, toutes activités confondues. Aujourd’hui, on a à peu près 80 véhicules et en termes de salariés, on va dire que sur l’année, on s’appuie sur une équipe d’environ 75 salariés et au pic de l’activité qui est l’hiver, on atteint presque les 100 salariés.

25 salariés supplémentaires pour la saison ?

Oui ! Cette année, c’est dans le cadre de l’exploitation des navettes Skibus de la Communauté de Communes des Montagnes du Giffre. C’est la première année que l’on fait appel à des saisonniers. Et effectivement, on les a fait venir du 15 décembre au 15 avril.

C’est donc la première fois que vous réalisez des services sur des navettes skibus ?

Oui, c’est la première fois !

Vous avez répondu à un appel d’offres de la Communauté de Communes des Montagnes du Giffre pour exploiter le réseau Skibus. Qu’est-ce qui vous a convaincu d’y répondre ?

C’est un secteur qu’on affectionne particulièrement, qui est proche de chez nous. Et en plus c’est un client qu’on connaît déjà très bien. Ça fait déjà plusieurs années qu’on travaille avec eux pour les services scolaires, et on effectue aussi pas mal de transport périscolaire pour les écoles du secteur. Au final, ça nous a paru naturel de se positionner.

L’offre de mobilité est-elle également présente pendant la période estivale ?

Oui, puisqu’il y a un besoin existant tout l’été et ça fait deux ans qu’on exploite les navettes estivales.

Une fois l’appel d’offre remporté, comment ça s’est passé ? Avez-vous dû créer toute l’offre en interne ? Était-elle existante ?

L’offre était déjà créée. Il y avait toutes les lignes, le plan de transport, tout était déjà établi. Avant nous, les navettes étaient exploitées par l’un de nos confrères.

L’offre a pu être améliorée. Certaines choses ont été revues, des lignes en plus, des lignes en moins, les cadences ont été revues, le type de véhicules également.

Cette nouvelle activité a nécessité du personnel. Avez-vous ressenti le sujet actuel de la pénurie de conducteurs ? Avez-vous eu des difficultés de recrutement ?

C’est toujours un peu compliqué de trouver des conducteurs, mais on a pu tous les loger ce qui a facilité le recrutement surtout quand on connaît les problématiques de logement en station de ski.

En termes de passagers, avez-vous un estimatif du nombre sur les différentes lignes ?

Aujourd’hui, dans l’offre commerciale, il était obligatoire de répondre avec un SAEIV et votre outil est super important avec l’interconnexion Iris. Grâce à cela, le client va pouvoir avec des statistiques de comptage, remodeler l’offre d’une année à l’autre.

Avant, il n’y avait que du comptage manuel dans les navettes skibus et c’est rarement très fiable. En fait, ces données vont permettre d’améliorer l’offre pour éviter de faire rouler des bus à vide ou à l’inverse, doubler des lignes à des horaires saturés. Ils comptent sur nous et sur vous pour les aider et les accompagner à améliorer leur offre transport.

Les clients voyageurs disposent de l’application voyageur Les Navettes du Giffre sur laquelle ils peuvent géolocaliser leur bus en temps réel. Était-ce une demande client ?

Oui et je pense que c’est vraiment dans l’air du temps. En deux clics, ils peuvent voir dans combien de temps passe le prochain bus.

Les Navettes du Giffre - App voyageur

Est-ce que vous avez eu des problématiques par rapport à la mise en place de l’outil ?

Des problématiques, non. C’est juste qu’effectivement c’est un gros travail à mettre en œuvre. Il a fallu qu’on graphique toutes les lignes, les horaires et les tracés. Mais honnêtement, on a été bien accompagné et on l’est encore aujourd’hui avec Tiphaine et Nicolas. C’est aussi une des raisons pour lesquelles on a choisi Hubup. Ils sont disponibles, dès qu’il y a un problème, c’est réglé super rapidement.

Dans l’accompagnement, on s’est reconnu dans Hubup. On se souvient s’être dit que vous nous faisiez penser un peu à nous, une entreprise à taille humaine qui prend le temps et qui a surtout à cœur d’accompagner ses clients.

C’est ce qu’on cherche à mettre en avant, la proximité et l’accompagnement.

Oui, c’est ce que Tiphaine nous avait promis et honnêtement, on le ressent.
Accompagnement - Autocars Jacquet
Autocars Jacquet - Accompagnement conducteur
Autocars Jacquet - Accompagnement régulateurs

Et avez-vous des retours propres à l’outil ?

Je pense que c’est apprécié des conducteurs dans le sens où ils n’ont rien à faire, pas à changer leur girouette, ils mettent en route le système le matin et les courses s’enchaînent. C’est assez simple d’utilisation encore une fois. Si le conducteur effectue six courses, il se connecte le matin, rentre ses identifiant et mot de passe et ça roule toute la journée. On a aussi eu quelques remontées de clients qui apprécient le fait de pouvoir suivre le bus en temps réel.

L’outil de guidage intégré au SAEIV a-t-il aidé les conducteurs à appréhender les itinéraires de manière plus confiante ?

On a quand même passé beaucoup de temps à les former pour éviter qu’ils ne se débrouillent tout seul, même avec votre outil. Quand il y a plusieurs lignes et des conducteurs qui ne connaissent pas tout le secteur, même avec une très bonne formation, ils peuvent avoir besoin de l’outil pour se rassurer. Donc oui, je pense que l’outil aide à la navigation quand même.

Et de manière plus globale, avez-vous des projets, des envies d’expansion ?

Quand Julien a repris la direction de l’entreprise il y a quatre ans, il y avait de mémoire environ trente/quarante salariés. Aujourd’hui, on a doublé les effectifs. Encore une fois, on n’a pas l’objectif de conquérir le monde entier. On a des marchés qui nous tiennent à cœur dans des secteurs, qu’on affectionne. Nous, ce qu’on souhaite surtout pour l’année 2024, c’est stabiliser nos marchés et nos effectifs. Ces trois dernières années, on a remporté des marchés assez conséquents donc maintenant il faut les assurer et les assurer correctement !

Quelle est la durée du marché concernant les navettes hivernales ?

Six ans, fin du contrat en 2029.

Merci Julie pour tes réponses et ton retour sur la mise en place des navettes hivernales avec les Autocars Jacquet.

Avec plaisir !
Les Navettes du Giffre
Les Navettes du Giffre
Les Navettes du Giffre - Samoëns

Merci à Julie pour son retour d’expérience et aux équipes des Autocars Jacquet pour leur confiance ! Nous leur souhaitons une bonne route et une belle saison hivernale !