Berthelet et Hubup : La gestion des interconnexions avec le SAEIV Geolite

Publié le 7 novembre 2023
Références - Berthelet
Aujourd’hui, nous donnons la parole à Jeremy Duperray, Responsable Parc et Matériels embarqués chez Berthelet et Cyprien Moreau, Directeur commercial chez Hubup.

Fort d’une première expérience partenariale avec Hubup depuis plus d’un an, Berthelet a remporté de nouveaux marchés sur lesquels notre solution sera mise en place, à savoir les navettes aéroportuaires à Lyon Saint-Exupéry depuis le 16 novembre et les navettes de la station de ski Méribel depuis le 3 décembre 2022.

Jeremy, peux-tu te présenter ?

Bien sûr ! Je suis responsable du Parc Berthelet. Je m’occupe de tout ce qui concerne la gestion des véhicules sur les achats, les ventes et avec une grosse partie du système embarqué, à savoir le SAE, le SIV, la gestion du matériel de vidéo protection etc.

Peux-tu nous faire un état des lieux rapide de Berthelet, de son activité qui est à la fois portée sur le tourisme mais aussi sur l’interurbain et périurbain ?

Nous avons 5 sites dépôts dont Genas qui le plus gros dépôt soit environ 100 véhicules. Nous avons notre contrat SYTRAL avec le réseau TCL qui prend 80 à 90% de l’activité soit 80 véhicules affectés.

Un dépôt à Crémieu sur lequel nous avons de l’activité interurbaine, avec une cinquantaine de véhicules.

Un dépôt à Saint-Exupéry, avec une dizaine de véhicules, qui concerne les navettes aéroportuaires, sur piste et sur parking.

L’activité des Transports Guillermin (entreprise familiale rachetée en 2019 par Berthelet) à Chimilin, où nous travaillons sur de l’interurbain, du scolaire et quelques lignes urbaines ; et à Cevins où nous nous occupons des navettes Méribus de la station de ski de Méribel avec une activité très saisonnière mais aussi quelques marchés de transports scolaires dans la vallée ou des sorties à la journée le reste de l’année.

Globalement, nous avons 70% de l’activité sur des marchés publics, donc des activités régulières aussi bien de transport scolaire que de lignes pour notre délégation de service public avec le réseau TCL sur l’Est Lyonnais ainsi que des marchés sur le scolaire que nous avons avec la région et 30% liés à de l’activité occasionnelle pour le tourisme.

Nous avons aussi un site à Saint-Genis-Laval pour la société N&M qui est axée sur du transport touristique au niveau professionnel.

Notre relation partenariale, qui a démarré il y a plus d’un an maintenant, a été mise en place pour un contexte particulier chez vous ? Est-ce que tu peux nous en dire un peu plus Jeremy ? Dans quel périmètre, notre solution a été mise en place ? Et quels étaient vos grands objectifs lors de la mise en place de celle-ci à ce moment ?

Oui, alors nous avons commencé à travailler ensemble sur la partie du réseau TCL, sur le renouvellement du contrat DSP SYTRAL que nous avons obtenu en 2020 et mis en place en 2021. Pendant cette période, nous avons eu le cahier des charges, nous avons réfléchi à une solution toute nouvelle avec une volonté de changements et d’innovations.

Le but était de se renouveler totalement, de faire un bond en avant historique pour l’entreprise parce que nous cassions un peu les codes. Avant, c’était vraiment du matériel embarqué, pur et dur ; un pupitre concentré uniquement sur le SAE, qui gérait l’IV avec quelques problèmes. C’est pour ça que nous avons lancé une consultation au mois de mai ou juin 2020 et Hubup a retenu notre attention.

Le digital a vraiment été mis en avant pour répondre aux exigences du cahier des charges du SYTRAL par rapport à cette nouvelle DSP avec beaucoup plus de fonctionnalités.

Ok et par rapport aux éléments que tu as employés par rapport à la stratégie que vous aviez sur ce renouvellement, est-ce que tu considères que c’est déjà plus ou moins une réussite sur cet objectif ? Ou est-ce qu’il y a encore des choses à faire par rapport à ça ?

Ah oui, totalement ! Nous voulions casser les codes et ne plus faire du SAEIV mais faire du SAE et du SIV car malheureusement, régulièrement dans le SAEIV, s’il y a le SAE ou le SIV en panne, l’intégralité est en panne.

Maintenant, en cas de panne, si le voyageur n’a pas l’information, nos conducteurs ont quand même le pouvoir d’avoir de l’aide à l’exploitation et inversement.

Comme vous avez déjà travaillé avec Lumiplan au sujet des interconnexions et que nous travaillons avec eux pour toute l’information voyageur, nous avons pu faire de l’intercommunication qui permet une transparence pour le conducteur. Au final, ils ne se rendent pas compte que le SAE et le SIV sont différenciés maintenant.

Lorsque vous avez fait votre consultation avec les différentes propositions des acteurs, quels ont été les éléments qui ont fait ressortir l’offre que nous vous avons proposée conjointement avec Zenbus ?

Tout d’abord, la partie technique où il y avait un bon en avant, tant de votre côté que du côté de certains de vos concurrents. L’exploitation du réseau est nettement analysée, on a un suivi au niveau de la régulation qui est simple mais qui répond totalement aux besoins.

Et puis, on ne va pas se le cacher, il y a la partie prix aussi. Vous étiez très bien placés au niveau du prix, donc ça a fortement joué.

Pour rien te cacher, c’est un peu notre approche. L’idée, c’est de proposer quelque chose qui est fonctionnellement proche du lourd mais financièrement au niveau du léger. Comment s’est passée la mise en place ?

Très bien ! Alors la mise en place a été un peu compliquée avec la crise du Covid et la pénurie de matériel qui ont retardé les déploiements. Nous avons basculé sur la solution Hubup/Zenbus progressivement sur la fin de l’année 2021 sur nos lignes régulières et sur la partie scolaire. Le parc a été entièrement basculé sur la nouvelle solution mi-janvier.

Au niveau technique, nous avons eu des problématiques complexes à lever, notamment celle de la confrontation à l’écosystème du SYTRAL. De votre côté, comment avez-vous ressenti l’accompagnement technique que nous avons pu vous proposer ?

Hubup gère toutes les interconnexions de l’écosystème Berthelet telles que les données d’ABC Planning, le SIV Lumiplan, la télématique Effitrax, les cellules de comptage Iris etc.

Tout s’est bien passé puisque nous avons réussi quasiment à tout faire. Il n’y a plus que la billettique à mettre en place et puis ce sera bon.

Peux-tu décrire Geolite en trois mots ?

Simple, pratique et léger.

Au vu du déploiement, des échanges et de la relation qu’on a, comment visualises-tu le futur de notre partenariat ?

Le futur se passe bien puisque vous avez intégré le marché de Saint-Exupéry et de Méribel. Nous avons été très satisfaits de votre produit sur la partie SYTRAL. En réalité, le but est de l’étendre à toute l’entreprise. Même si la partie scolaire est rattachée à la région Auvergne Rhône-Alpes, qui nous impose son SAE via la billettique, nous avons espoir que l’on puisse un jour, déployer Geolite à la totalité de l’entreprise.