Revue de presse : l’oeil d’Hubup sur l’actualité du transport #3

Revue de presse : l’oeil d’Hubup sur l’actualité du transport #3

La revue de presse d’Hubup c’est une sélection d’articles pour voir l’actualité du transport sous un autre jour.

Cocorico

On ne le sait pas assez, mais la France abrite des entreprises du transport public très présentes à l’internationale. Prenons le cas du Pays de Galle.

Les usagers des trains là-bas connaissent de grosses difficultés à circuler. En cause, le manque de train, des trains trop petits et des problèmes de maintenance qui provoquent des retards. Par conséquent, la qualité de service baisse fortement et les usagers sont de plus en plus mécontents.

Pour remédier à ce problème, il faudrait mettre plus de trains sur les rails. Mais le contrat liant le pays et l’exploitant ATW n’a pas prévu une augmentation aussi forte du trafic sur les 15 années couvertes par celui-ci.

Et qui pourrait les blâmer ? Prévoir l’évolution du flux de passager pour les 15 prochaines années est un exercice périlleux.

Heureusement pour les voyageurs, le renouvellement du contrat a permis de réévaluer les besoins du réseau et d’apporter du sang frais du côté de l’exploitation.

En effet, c’est Keolis (filiale de la SNCF), en coentreprise avec Amey, à qui a été confié la lourde tâche rendre le réseau plus agréable pour ses passagers.

Un beau contrat qui permettra à Keolis de générer 6 Milliards d’euros sur quinze ans, le plus gros contrat jamais gagné par le groupe.

Les transports en commun autonome ? Il va falloir attendre un peu…

On peut lire tous les jours des articles à propos de constructeurs qui promettent des véhicules complètements autonomes pouvant rouler sur route ouverte. Mais où en sommes nous réellement ?

La Macif a mis à rude épreuve des véhicules proposant des aides à la conduite de niveau 2.

Même si ces aides permettent d’assister le conducteur sur de longues périodes de conduite (comme sur autoroute), la marche est encore longue avant d’arriver à un véhicule parfaitement autonome. Quid du bus, qui a dû attendre 20 ans avant d’avoir son premier guidage par GPS ?

Des bus qui circulent à 8km/h ?

Cela peut paraître fou, mais c’est pourtant ce qui se passe à Paris. Entre les bouchons de plus en plus denses et les voies de bus occupées par des véhicules légers, les bus n’arrivent plus à circuler.

http://www.leparisien.fr/info-paris-ile-de-france-oise/transports/grand-paris-des-bus-la-region-presse-la-capitale-d-accelerer-ses-travaux-20-06-2018-7784217.php

Cette moyenne est à remettre en perspective avec les vitesses moyennes constatées dans les autres villes, entre 12km/h et 15km/h pour Marseille et Lyon. On arrive même à 18km/h pour le BHNS (NR : Bus à Haut Niveau de Service) de Metz.

Cette différence est principalement due aux infrastructures de voirie présentent à Paris (voie de bus, site propre…). Nombre d’entre elles sont inadaptées, comme le rapporte Stéphane Beaudet, vice-président d’IDFM : “Dans ces nœuds de circulation, les bus doivent quitter leur voie pour se retrouver au milieu du flux avant de retourner dans une voie dédiée”. Il faut donc repenser ces axes de circulations pour que le bus ait le moins possible à ralentir. Mais elle est aussi souvent due au non-respect des voies de bus. Il arrive encore quotidiennement qu’un bus se retrouve obligé de retourner dans un bouchon car un véhicule stationne sur la voie de bus.

Ces problématiques sont amplifiées à Paris à cause de la taille de l’agglomération et du grand nombre de personnes utilisant chaque jour les axes routiers de la capitale.

Des mesures pour fluidifier l’aménagement de la voirie ainsi que l’occupation de la voie bus sont en train d’être mises en place, au travers de contrôles renforcés, pour permettre au bus de rouler plus facilement. Mais il faudra du temps pour que les comportements évoluent.